Get Adobe Flash player
Home Message Planches publiques Le bon et le mauvais maçon ?

postheadericon Le bon et le mauvais maçon ?

Message - Planches publiques

Le bon et le mauvais maçon ?

Parmi les FF∴, nous sommes parfois tentés de nous comparer les uns aux autres, à l’instar des profanes, pour déterminer notre avancement personnel par comparaison subjective vis-à-vis des autres FF∴. Si cette manière de faire peut encore se comprendre pour un Apprenti ou un Compagnon, elle n’a aucun sens pour un Maître.

Seul l’Initié ayant avancé dans sa recherche intérieure et ayant su faire taire son ego boursouflé d’orgueil peut évaluer (et même parfois avec peine) l’avancée de son éveil à l’art Royal. Et cela pour lui-même uniquement. La comparaison critique avec un autre F∴ n’a pas à être faite, car dans notre recherche, nous sommes seuls. Ensembles, mais seuls.

Les rituels maçonniques s’ils peuvent être intellectualisés et disséqués dans ce qu’ils renferment, ne sont jamais aussi actifs que lorsqu’on y applique une contemplation ouverte, lorsqu’on laisse notre esprit, notre cœur et notre corps librement ouverts à sa pénétration. C’est la couverture du Temple qui permet cette sérénité.

Critiquer un maçon qui ne participe pas à la vie de sa Loge, penser qu’il est mauvais maçon n’a aucun sens. Je pense qu’il faut plutôt avoir de la compassion pour un homme qui a osé tenter son éveil et qui y a renoncé pour des raisons qui lui sont propres. Inutile de vouloir tisser des ponts de fraternité pour le ramener dans son Atelier (nous ne sommes pas une secte, chacun est libre de partir à tout moment), cette démarche ne pourra émaner que de lui et quand il le voudra.

Renoncer à son désir profond, abandonner son Etre intérieur après l’avoir senti palpiter même faiblement, voilà une souffrance que je ne souhaite à aucun F∴ qui a un jour entamé le périple maçonnique. Le profane, quand à lui, n’en a même pas la sensation et il n’a donc rien à perdre…

    Le F∴ Secr∴Le Progrès - Lausanne