Get Adobe Flash player
Home Message Planches publiques Les Responsabilités du Franc-Maçon

postheadericon Les Responsabilités du Franc-Maçon

Message - Planches publiques

Les Responsabilités du Franc-Maçon

Sujet collectif traité lors d'une première session de travail le mardi 21 novembre 2006, puis une seconde le mardi 6 février 2007.

Le travail de réflexion fait en loge laisse apparaitre de nombreuses sensibilités, de nombreux regard portés sur la franc-maçonnerie, ses buts et ses responsabilités.

Quelques axes principaux apparaissent qui sont :

  •  Travailler, persévérer, transmettre agir

    Le franc-maçon doit travailler spirituellement et moralement afin d'améliorer la société par sa droiture et son exemple. Il travaille en loge par sa présence, par sa participation aux travaux de son atelier, aux fonctions qu'il y assume. Il travaille aussi personnellement à son amélioration intime, seul et sincère avec lui-même. Il travaille de même à l'extérieur, dans la société, choisissant librement de se déclarer franc-maçon ou de taire son appartenance. Il apparait clairement que le franc-maçon est dans l'action, en loge et à l'extérieur. Il agit plus qu'il ne spécule, c'est du moins ce qui est fortement souhaité. Une de ses responsabilités est de se déterminer au moyen de la "réflexion-action".


  • S'unir

    On constate que bien souvent les informations passent mal entre les loges d'une même obédience comme entre les obédiences elles-mêmes. Certaines initiatives perdent de leur efficacité à ne pas être connues par d'autres Il semble bien que l'on peine à s'informer les uns les autres, les habitudes de discrétion faisant que l'on hésite parfois à parler même à d'autres franc-maçons. Le franc-maçon a d'abord la responsabilité personnelle de promouvoir les contacts indispensables à une meilleure connaissance et à une meilleure relation avec ses Frères.
    Nos différences font notre richesse. L'Ordre maçonnique a tout à gagner de leurs confrontations. Loin de provoquer des rivalités stériles, ces échanges susciteraient plutôt de nombreux intérêts dans une union des idées s'améliorant les unes les autres. Nous pourrions repenser notre appartenance à un mouvement qui se veut universel dans le but d'agir effectivement d'une façon qui tend plus vers cette universalité.


  • La connaissance

    La
    franc-maçonnerie cultive et favorise la connaissance de l'homme et de son rapport à l'univers. Cette connaissance n'est certes pas parfaite, mais elle tend à se parfaire. Il y a eu des périodes propices à l'action dans la société tels les 18e et 19e siècles, lorsque de grands changements étaient en préparation avant de se produire en Occident, ou elle était le plus fortement implantée. Elle n'a pas manqué d'y participer, favorablement dans l plupart des cas. Mais la franc-maçonnerie va au-delà. Son but premier est une meilleure connaissance de la nature humaine. Si elle intervient - ou est intervenue - lors d'événements extérieurs, c'est la plupart du temps à titre secondaire et à condition que sa mission première n'en soit pas affectée. Sa proposition est d'abord de favoriser l'amélioration de l'homme par lui-même et pour y parvenir elle accueille et utilise toutes les disciplines allant dans ce sens, sans discrimination ni exclusion.
    C'est d'ailleurs une de ses particularités. On trouve en franc-maçonnerie des adhérents ou sympathisants du mysticisme, de l'ésotérisme, du symbolisme, de la politique, de la philosophie, de l'idéalisme, de l'utopie, pour ne parler que de quelques facettes. Faire cohabiter ces différences est l'un de ses succès permanent, du vraisemblablement à sa connaissance de la nature humaine.
    C'est là aussi la responsabilité personnelle du franc-maçon de s'investir dans cette recherche, de la façon qui lui est la plus proche, afin de mieux agir intérieurement et extérieurement.

Conclusions

La franc-maçonnerie intervient dans les affaires du monde et des sociétés ou n'intervient pas ou peu, se concentrant plutôt sur le perfectionnement de ses membres. Les deux positions existent, l'une et l'autre plus ou moins affirmée selon les époques, selon les obédiences, selon les tendances philosophiques et les sensibilités personnelles.

Il est très important que la liberté de choix de chacun soit cultivée et respectée au sein des loges comme au sein des instances dirigeantes. Cette liberté et ce choix correspond par ailleurs à notre doctrine de tolérance et de respect de l'individu. Comme dit plus haut, nos différences sont notre plus grande richesse. Un de nos outils principaux est la diversité, que cette diversité agisse à l'intérieur ou à l'extérieur de notre Ordre. Au contraire de dogmes imposés comme pensée unique, notre liberté - liberté de chacun de même que liberté des loges et des obédiences - reste un garant essentiel de notre particularité et de notre valeur. C'est la responsabilité de chaque franc-maçon de veiller au maintient de cette liberté, de la défendre au besoin.

Voilà définies dans les grandes lignes quelques responsabilités du franc-maçon. Il y en a de nombreuses autres qui ne sont pas évoquées ici. Chacun établi sa propre hiérarchie des responsabilités qu0il s'engage à prendre envers lui-même, envers la société et envers la franc-maçonnerie.

Ceci est grandement incomplet, c'est dans l'ordre des choses. En franc-maçonnerie, d'autres cherchent aussi, pensent également, trouvent des réponses différentes, proches ou lointaines, regardent et sentent autrement. Ces différentes facettes aboutissent à un résultat collectif, harmonieux dans ces divers aspects, sensiblement plus riche et complet qu'une vision personnelle, aussi talentueuse soit-elle.Le Progrès - Lausanne